Le 30ème concours des Meilleurs Jeunes Bou­lan­gers de France s’est dérou­lé du 16 au 19 novembre au CFA d’Es­chau en Alsace.

dsc00122.jpg

Les 21 fina­listes des sélec­tions régio­nales ont réa­li­sé une belle pres­ta­tion. Durant 8 heures d’é­preuve (auquel il faut ajou­ter 1 heure de pré­pa­ra­tion la veille), ils avaient pour tache de confec­tion­ner du pain de tra­di­tion Fran­çaise, du pain de cam­pagne, un pain régio­nal, des vien­noi­se­ries en pâte levée et en pâte levée feuille­tée et un décor ayant pour thème « Han­si », l’illus­tra­teur Alsacien.

dsc00070.jpg

Sous la pré­si­dence de Laurent Serre, le jury com­po­sé de pro­fes­sion­nels expé­ri­men­tés a jugé en toute impar­tia­li­té la pres­ta­tion des can­di­dats et a attri­bué le titre de Meilleur Jeune Bou­lan­ger de France aux 9 can­di­dats ayant obte­nu une note égale ou supé­rieure à  16/20.

dsc00126.jpg

Les deux pre­miers repré­sen­te­ront la France au concours des jeunes bou­lan­gers Euro­péens qui aura lieu en Alle­magne à  l’Au­tomne 2011.

Voi­ci le palmarès :

1er — Thi­bault GUILLET (Pays de Loire) 

2ème — Auré­lien PINAULT (Centre)

3ème — Jean-Bap­tiste GRANGA ( Aquitaine) 

Six autres can­di­dats ont obte­nu le titre de « Un des Meilleur Jeune Bou­lan­ger de France », et ont été clas­sés 4èmes ex‑à¦quo, par ordre alphabétique :

Bar­ba­ra BEAUHAIRE (Midi-Pyré­nées )

Quen­tin MALEY ( Franche-Comté )

Loà¯c MAZZIA (Basse Normandie) 

Abdel­lah MOURAG (Paris-Ile de France) 

Audrey ODIENNE (Cham­pagne Ardenne)

Valen­tin OLLIVIER (Bre­tagne)

Il est à  noter que par­mi les titrés figurent cette année deux can­di­dates. Comme quoi la bou­lan­ge­rie n’est pas qu’un métier d’homme !

dsc00139.jpg

Ils n’ont pas tous obte­nu le titre tant convoi­té, mais ces quelques jours pas­sés ensemble leurs lais­se­ront un sou­ve­nir inou­bliable et très enrichissant.

Féli­ci­ta­tions à  tous ces jeunes ain­si qu’à  leurs ensei­gnants et maîtres d’ap­pren­tis­sage qui les ont enca­drés lors de leur préparation.

Yann TABOUREL

Article rédi­gé avec la col­la­bo­ra­tion d’O­li­vier Aimasso