Concours du meilleur jeune boulanger européen

2007fev26Pierrel_grd.jpg

Il y a un an, nous vous pré­sen­tions le par­cours de Brice Pier­rel, jeune Ven­déen des Clou­zeaux qui venait de décro­cher le titre de «meilleur bou­lan­ger de France». Son pro­chain défi nous disait-il à  l’é­poque était de se pré­sen­ter et de repré­sen­ter la France au concours du meilleur bou­lan­ger euro­péen. Nor­mal puis­qu’en France il avait lar­ge­ment fait ses preuves en matière de petits pains, pâtis­se­ries, vien­noi­se­ries et diverses pièces artis­tiques qu’il sait pré­pa­rer comme per­sonne.

Fin novembre, il se rend donc au Luxem­bourg pour dis­pu­ter le titre euro­péen aux côtés de 19 autres jeunes concur­rents. A nou­veau, il décroche une palme, celle du meilleur jeune bou­lan­ger euro­péen. Se dépas­ser et don­ner le meilleur de soi-même. Ce sont les mots que Brice Pier­rel choi­sit pour expli­quer sa vic­toire.

En toute sim­pli­ci­té, Brice revient volon­tiers sur les dif­fé­rentes étapes qui l’ont conduit à  cette grande marche du podium, il y a quelques semaines, lors de cette finale du Concours du Meilleur Jeune Bou­lan­ger d’Eu­rope qui se dérou­lait au Luxem­bourg.

Brice trouve sa vocation dans l’artisanat

Aujourd’­hui âgé de 21 ans, Brice a trou­vé sa voca­tion il y a 6 ans en inté­grant l’Es­fo­ra-Chambre des Métiers à  La Roche-sur-Yon où, grâce à  ses pro­fes­seurs et les pro­fes­sion­nels qu’il côtoit (et n’ou­blie jamais de remer­cier), il com­plète d’an­née en année son pal­ma­rès :
2e prix du concours dépar­te­men­tal puis 1er au régio­nal, au natio­nal et depuis peu euro­péen.

Brice tra­vaille actuel­le­ment chez Franck Deper­riers (La Petite Bou­lan­ge­rie à  Nantes) tout en se fixant un nou­vel objec­tif, pro­fes­sion­nel cette fois : décro­cher son bre­vet pro­fes­sion­nel en juin pro­chain.

Quelle belle récom­pense pour cet ancien col­lé­gien peu moti­vé qui s’o­riente puis trouve sa voie dans l’ar­ti­sa­nat. Et découvre aus­si que grâce au tra­vail et à  une bonne dose de volon­té, on peut por­ter haut les cou­leurs de son métier. On lui sou­haite des années crous­tillantes de suc­cès !