2iéme par­ti­ci­pa­tion au concours régio­nal du Meilleur Crois­sant au Beurre d’I­si­gny, sélec­tion Ile De La Réunion le Jeu­di 20 Mars 2014 au Lycée Hôte­lier La Renais­sance.

Il y a 8 can­di­dats sélec­tion­nés pour ce concours régio­nal d’un niveau de 2 CAP B et 1 bac pro bou­lan­ger pâtis­sier.

p1050337.jpg

Le jury convo­qué à  9h00 du matin au lycée hôte­lier la renais­sance autour d’un café mais excep­tion­nel­le­ment pas de soleil.

9H45 le pré­sident du jury encou­rage les can­di­dats, donne les der­niers conseils, à  10h00 début de l’é­preuve et les can­di­dats se mettent au tra­vail.

p1050312.jpg

p1050307.jpg

Il est 12h00 le tra­vail est fini les crois­sants sont en pousse contrô­lée pour 2h00, les can­di­dats vont man­ger et le jury est invi­té à  man­ger au res­tau­rant d’ap­pli­ca­tion avec Mme LE BUFFE IEN Réunion qui nous a fait l’hon­neur de res­ter toute la jour­née avec nous.

p1050318.jpg

À 14h00 les can­di­dats com­mencent les cuis­sons au four à  sole à  tour de rôle.

À 15h30 les can­di­dats sont invi­tés à  pré­sen­ter leurs crois­sants sur grille à  l’hô­tel d’ap­pli­ca­tion.

p1050326.jpg

Le jury était com­po­sé de 4 pro­fes­sion­nels plus 1 pro­fes­seur :

Pré­sident du jury : M. David losange de la Bigou­dène.

Le vice pré­sident : M. Patrice Mer­cier de la Pari­sienne et Com­pa­gnon du Devoir.

Mme Gaà«le Plas­sier : Le geste gour­mand.

M. David Paris : La Car­di­nale.

M. Laurent Pineau : pro­fes­seur de pâtis­se­rie au lycée hôte­lier la Renais­sance.

Une fois les notes sai­sies, les résul­tats sont confir­més par le jury.

p1050334.jpg

À 16h, les résul­tats sont annon­cés :

1ére prix M. Didier HAORAU 2 CAP B (du lycée hôte­lier la renais­sance)

2éme prix M. Lucas SECAIRE 1 Bac Pro BP (du lycée hôte­lier la renais­sance)

p1050357.jpg

Ce sera ces deux Réunion­nais qui devront repré­sen­ter notre région à  la finale le 14 mai pro­chain à  Paris.

Je remer­cie la direc­tion du lycée hôte­lier d’a­voir pu orga­ni­ser ce concours ain­si que nos spon­sors qui nous per­met­tront de faire le dépla­ce­ment sur Paris.

Benoit VEREL